Mieux se Déplacer à Bicyclette

La grande balade 2015 – Paris-Moret – récit

La grande balade annuelle

La grande balade Paris-Moret

Un rendez-vous pas trop matinal devant la cathédrale Notre-Dame, fixé un peu avant 8h , pour une balade annoncée sous les 100 km : plus précisément à la carte, de 6 à 90km selon les points de départ et d’arrivée des participants sur le parcours.

Un temps idéal pour pédaler, pas encore trop chaud par rapport à ce que nous connaîtrons quelques jours plus tard.

J’ai pour ma part décidé d’accueillir les cyclistes participants à Choisy-le-Roi une heure après. Le cortège arrive par la rive gauche de la Seine, et poursuit le long du fleuve, mais pour des raisons d’accessibilité pour les vélos, nous nous regroupons côté ville. Je serai vélo balai cette année, sans carte ni GPS, mais avec une connaissance visuelle du parcours acquise au cours de divers repérages.

Très vite, le groupe se réunit, pour mieux se désunir : au 2ème rendez-vous de Villeneuve-St- Georges, le vélo balai est présent bien avant la tête de cortège ! On a dû couper un peu sans s’en rendre compte dans Villeneuve-le-Roi.

Ce rendez-vous à la gare de Villeneuve-St- Georges a bien failli ne pas exister , décidément trop ingrat à assurer : côté Seine, c’est beau et calme mais il n’y a pas de sas vélo ; côté ville, on peut sortir de la gare avec le vélo, mais on arrive directement sur la N6 infranchissable… Heureusement, tout le monde finit par prendre la rue des kebabs du vieux Villeneuve (ou rue de Paris), au rythme des pavés.

On quitte rapidement cette banlieue qui survit péniblement entre les voitures et sous les avions pour monter dans Montgeron ; le tapis vert est bien là, peu fréquenté à cette heure, et il nous amène tranquillement dans la forêt de Sénart.

A Tigery, j’ai une petite pensée pour le flan délicieux de la boulangerie cachée dans un corps de ferme (on sent l’odeur du pain en passant), mais il est plus raisonnable de faire le plein d’eau au cimetière !

Puis c’est justement une allée royale qui nous conduit à la table du Roi, notre lieu de pique-nique dans la forêt de Rougeau.

Là, nous atteignons le maximum de participants : ceux de Brunoy nous ont rejoints, et ceux d’Alfortville vont nous quitter après le déjeuner.

Nous rejoignons la Seine par un nouvel itinéraire très direct vers Seine-Port  (la descente pavée est à prendre avec prudence), puis une nouvelle piste cyclable serpente dans le bois de Ste Assise vers Ponthierry.

Nous suivons à présent la rive gauche de la Seine et longeons aussi la voie de chemin de fer. Des belles propriétés de l’allée de la Corniche juste avant Vosves, encore une route « rien que pour nous » ce dimanche, et voici déjà Melun : on passe juste devant la gare, mais personne ou presque ne quitte la randonnée ; il reste une trentaine de km à plat, et le plus beau mais aussi le moins agréable est à venir…

Nous traversons l’île de loisirs de Bois-le-Roi : imaginez une nuée de personnes dans la baignade surveillée gratuite, autant à touche-touche sur la pelouse, nous passons en file indienne avec nos vélos au milieu, pour nous retrouver au milieu d’un embouteillage en forêt de Fontainebleau: ceux qui arrivent en voiture, pressés de prendre le frais, et ceux qui rejoignent leur domicile : toute la Seine-et-Marne et ses bagnoles est passée par ici. Personne n’a craqué pour la baignade mais certains ont évité (in ?)volontairement l’île de loisirs ( ces égarés nous ont retrouvés plus tard ).

Après, il paraît que quelques uns ont fait trempette dans la Seine, il faut dire qu’on longe de très agréables petites plages, et qu’on arrive dans le secteur le plus majestueux : les Affolantes des bords de Seine sont des fastueuses maisons de villégiature érigées par la bourgeoisie de la fin du 19e siècle.

Les villas ont conservé intact leur décor et la délicatesse de leurs jardins, ce qui nous permet de retrouver la douceur de vivre qui caractérisait la vie en bord de Seine à la Belle Epoque.

Nous arrivons ainsi à Samois-sur-Seine, c’est la fin du festival de jazz bien connu, et certains se demandent pourquoi on ne terminerait pas ici notre balade annuelle, au son des derniers accords des trompettistes sur l’île au Berceau.

Apres avoir franchi deux fois la Seine, pour profiter du côté le plus agréable pour pédaler, nous atteignons notre destination finale.

A Moret-sur-Loing, les plus pressés ne remarquent pas qu’ils passent devant la gare ;

Ils ont raison, la ville vaut le détour, (sans détour inutile, la plupart de ses rues sont à double sens cyclable), ses tours médiévales, son glacier où la queue se fait longue en cette fin de journée chaude.

Les plus endurants terminent leur balade au bar et/ou à la crêperie, où la table ne cesse de s’agrandir pour accueillir finalement 18 convives.

Le retour en train se fait à la fraîche, c’était une journée d’été bien agréable.

Retrouvez les détails de cette balade sur http://baladesvelo.forumactif.org/t32-balade-annuelle-paris-moret


Mentions légales | Espace contributeurs