Mieux se Déplacer à Bicyclette

À Paris, MDB libère le sas vélo !

Marre des autos et des motos dans le sas vélo! L’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) a mené mardi 11 décembre une action #LibèreTonSas à l’angle du boulevard de la Bastille et de la rue de Lyon à Paris. Pendant une heure, les cyclistes ont pu profiter de leur aménagement cyclable sans devoir le partager avec des motorisés.

 

MDB a rappelé aux automobilistes toute l’utilité du sas vélo. Cet aménagement qui existe depuis 1998 permet aux cyclistes :

  • d’être vus
  • de tourner plus facilement à gauche
  • de continuer tout droit sans être renversés par les automobilistes qui vont à droite
  • de ne pas respirer les pots d’échappement des véhicules à l’arrêt

En ne respectant pas un sas vélo, les automobilistes s’exposent à une contravention de 4e catégorie, soit une amende de 135 euros.

Baromètre des villes cyclables : les villes d’Ile-de-France loin d’être cyclables

Les résultats de l’édition 2017 du Baromètre des villes cyclables porté au niveau national par la Fédération des usagers de la Bicyclette (FUB) sont sans aucune ambiguïté : les villes franciliennes ont encore des efforts significatifs à faire pour permettre à leurs habitants de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité.
Seules trois villes d’Ile de France obtiennent la moyenne
Seules trois villes franciliennes (Sceaux, Versailles et Malakoff) affichent une note supérieure à la moyenne et offrent des conditions considérées comme favorables ou plutôt favorables à la pratique du vélo. 11 villes offrent des conditions moyennement favorables (Paris, Arcueil, Avon, Cergy, Clamart, Fontainebleau, Fontenay-sous-Bois, Gennevilliers, Guyancourt, Montigny-le-Bretonneux, Vincennes). Les 56 autres communes classées sont jugées plutôt défavorables et très défavorables à la pratique du vélo par les répondants à l’enquête.
Ces résultats reflètent la difficulté de faire du vélo dans la majorité des communes franciliennes. Ainsi, la majorité des répondants considèrent que la pratique du vélo en sécurité pour les enfants ou les personnes âgées n’est possible dans aucune ville francilienne. Alors que de nombreux franciliens aimeraient se mettre au vélo, l’absence d’un réseau cyclable complet et sans coupure reste le premier frein à l’usage du vélo en Ile-de-France.
L’urgence de mettre en place des plans vélo partout en Ile-de-France
Ces résultats montrent qu’il est urgent pour les villes franciliennes de mettre en place des plans vélo intégrant l’ensemble des leviers pour le développement de ce mode de déplacement (infrastructures, stationnement, services). Mieux se Déplacer à Bicyclette salue d’ailleurs les efforts des douze villes franciliennes dont la politique en faveur du vélo est jugée positivement par les répondants : Paris, Arcueil, Cergy, Fontenay-sous-Bois, Gennevilliers, Malakoff, Nanterre, Montigny-le-Bretonneux, Sceaux, Sèvres, Versailles et Vincennes.
Mieux se déplacer à Bicyclette rappelle ses douze propositions pour le développement du vélo en Ile-de-France, et notamment la création d’un réseau structurant de pistes cyclables protégées au niveau francilien et le développement du stationnement vélo.
Un sursaut de mobilisation nécessaire à tous les niveaux
Face aux résultats du baromètre, Mieux se déplacer à Bicyclette appelle à un sursaut de mobilisation à tous les niveaux de la région, des départements et des communes pour faire de l’Ile-de-France une région réellement cyclable.
Tous les résultats détaillés sont disponibles sur https://www.parlons-velo.fr/barometre-villes-cyclables
Les 12 propositions de Mieux se déplacer à Bicyclette pour une Ile-de-France cyclable sont disponibles sur notre site https://www.mdb-idf.org/spip/IMG/pdf/12-propositions-vf-a4l.pdf

Pour une Seine à vélo, de la source à la mer

Pourquoi ne pas étendre la future véloroute le long de la Seine entre Le Havre et Paris au-delà de la capitale, jusqu’à la source ? C’est le projet porté par plusieurs associations qui se sont récemment regroupées en collectif. 

La dynamique engagée en aval de Paris pour réaliser d’ici 2020 une véloroute de Paris au Havre (itinéraire national V33) semble prometteuse pour aboutir à un aménagement confortable et quasi continu.

À l’inverse, en amont de Paris, sur tout le territoire de l’Île-de-France, la Scandibérique (EV3) s’avère une lourde déception pour ceux qui espéraient un aménagement attractif à la fois pour le tourisme et pour la mobilité quotidienne à vélo : tracé parfois illisible, discontinuités, largeur insuffisante, revêtements médiocres ou inexistants, barrières et chicanes difficiles à franchir… Plus en amont, en particulier sur le département de l’Aube, on retrouve à nouveau une bonne dynamique avec des aménagements de qualité le long de la Seine.

Des représentants de plusieurs associations (CTE, FCDE, MDB Melun Agglo Vélo, PTR94,  FFCT-91, AF3V Aube…) se sont réunis le 14 novembre 2018 pour créer un collectif ayant pour nom : « La Seine à vélo, de la source à la mer ». L’objectif est de mobiliser les populations et les élus, en distinguant les collectivités qui pourront être porteuses du projet pour que la véloroute V33 le Havre-Paris soit prolongée au-delà de Paris jusqu’à la source.

Une réunion inter-régionale (Normandie, Île-de-France, Bourgogne, Grand-Est) est programmée le 23 mai à Melun, pour exposer le projet. En partant de la présentation d’aménagements réussis de véloroutes le long d’autres fleuves, il s’agira de dégager les conditions de réussite d’un projet utile à la fois pour le tourisme et pour la mobilité du quotidien le long de la Seine.

Benoit Carroué, ProVélo 91 / FCDE

Pour plus d’informations, contacter CycloTransEurope, 32, rue Raymond Losserand, 75014 Paris, ou sur son site www.eurovelo3.fr.


Mentions légales | Espace contributeurs